cide19
  • CiDE.19
  • CFP
  • Soumission
  • Programme
  • Enregistrement
  • Colloques CiDE?
  • Comités
  • Information
  • Liens
  • ...

cide19

Vers une épistémè numérique ?

19ème Colloque International sur le Document Électronique
24-26 Novembre 2016, Salle Gisèle Vivier à l'Institut Français d'Athènes, Grèce

Les deux dernières éditions du colloque CIDE ont abordé les relations que le document pourrait entretenir avec l'ère post-numérique (CiDE 18 : Documents et dispositifs à l'ère post-numérique, CiDE 17 : Le livre post-numérique). C'est cette interrogation, concernant, justement, l'avènement d'une nouvelle épistémè du document numérique, que nous souhaitons soumettre à discussion à l'occasion de cette 19e édition du Colloque International sur le Document Électronique (CiDE.19). Programmée pour se dérouler en Grèce, berceau de la première forme d'épistémè, d'après Foucault, il a paru particulièrement pertinent d'interroger le concept d'épistémè au regard de la culture numérique, et tout ce qu'elle mobilise en matière de supports, d'artefacts, de systèmes, de dispositifs et d'usages pour servir les nouvelles appétences d'accession à la culture et la connaissance.

 

Organisé par :

CiTU-paragraphe

GERIICO

Telecom-Bretagne

Institut Régional
de Press

Université Aristote
de Thessalonique

Université de la Nouvelle Calédonie

citu geriico devisu RPI AUT unc

 

cide19

Vers une épistémè numérique?
19ème Colloque International sur le Document Électronique
24-26 Novembre 2016, Salle Gisèle Vivier à l'Institut Français d'Athènes, Grèce

La notion d'épistémè, telle qu'elle a été développée par Michel Foucault dans Les mots et les choses (1966) et L'archéologie du savoir (1968), vise à rendre compte des modalités de production (et de consommation) des connaissances à une époque donnée. Dans ses œuvres, il décrit essentiellement trois épistémès, successives : celle de l'époque classique, de la Renaissance et, enfin, de l'époque moderne. Sans doute, la toute dernière épistémè, celle de notre époque actuelle, dominée par la transition numérique, n'a-t-elle pas été connue par Foucault (décédé en 1984). Nos temps attestent désormais des intégrations et des usages des technologies numériques dans nos pratiques, à la fois irréfrénables, massifs et rapides, qui impliquent un évident besoin de renouvellement du concept d'épistémè. Peut-être devrions-nous, d'ores et déjà, réserver une place pour une forme d'épistémè inédite qui pourrait stimuler une manière radicalement différente de concevoir nos rapports entre le savoir et le pouvoir.
Dès son apparition, la technologie numérique participe aux facteurs majeurs de modification de l'humain, souvent même à travers des logiques et des mécanismes de consommation élémentaires. Les pratiques en sont touchées, les champs cognitifs se façonnent en conséquence (au moins 23% des produits manufacturés aujourd'hui contiennent du logiciel). La production, la circulation, l'acquisition, la consommation et même le recyclage de l'information, supportent une économie grandissante et déterritorialisée, basée de plus en plus sur les connaissances, économie qui tisse des relations d'interdépendance de plus en plus complexes avec le vivre ensemble. Autant de signes clairs d'une évolution, certes rapide mais décidément « normale », de la culture numérique, en perpétuel auto-dépassement, et déjà, peut-être, en train de devenir, post-numérique : ses paradigmes se renouvellent sans cesse, avant même de fonder quelque norme et produire des effets d'un ordre, d'une mesure, d'un canon. Au cœur de ces restructurations radicales, la question du document se transforme également, et grandement, en augurant des façons souvent audacieuses de transmission des savoirs et des cultures.
Les deux dernières éditions du colloque CIDE ont abordé les relations que le document pourrait entretenir avec l'ère post-numérique (CiDE 18 : Documents et dispositifs à l'ère post-numérique, CiDE 17 : Le livre post-numérique). C'est cette interrogation, concernant, justement, l'avènement d'une nouvelle épistémè du document numérique, que nous souhaitons soumettre à discussion à l'occasion de cette 19e édition du Colloque International sur le Document Électronique. Programmée pour se dérouler en Grèce, berceau de la première forme d'épistémè, d'après Foucault, il a paru particulièrement pertinent d'interroger le concept d'épistémè au regard de la culture numérique, et tout ce qu'elle mobilise en matière de supports, d'artefacts, de systèmes, de dispositifs et d'usages pour servir les nouvelles appétences d'accession à la culture et la connaissance.
Plusieurs axes de réflexion sont ainsi ouverts qui se structurent autour de trois questions principales :
1. Le numérique modifie, certes, les modalités de production et de diffusion des connaissances ; mais comment ?
2. À l'heure des objets connectés, de l'ultra-mobilité, de l'interopérabilité des données et des thématiques recouvertes par le concept de Big Data, Smart Data, etc., quel est le statut épistémologique du document ?
3. Dans la structuration en cours du champ des humanités numériques, le document joue-t-il encore un rôle de principe organisateur entre les disciplines ? Et comment ?
Plus concrètement, le colloque CiDE 19 accueillera des contributions théoriques, des présentations d'études de cas, des résultats de projets applicatifs ou expérimentaux en lien avec les thèmes suivants :
- Le statut épistémologique du document et des data à l'heure du numérique ;
- Le document comme support et vecteur épistémique ;
- Le principe de (re)documentarisation et de la reéditorialisation;
- La description, l'annotation et la représentation des documents et des connaissances ;
- L'évolution des régimes de matérialité documentaire ;
- Le document, entre support technique et vecteur de transmission des savoirs ;
- La médiation et médiatisation numérique du patrimoine (culturel, scientifique…),
- La numérisation des corpus et du patrimoine antique ;
- Les enjeux du codage pour les humanités numériques ;
-   L'épistémologie des humanités numériques ;
- Le document, principe organisateur des communautés épistémiques ;
- Les usages et les pratiques documentaires ;
-   Les normes documentaires ;
- Les réseaux, les mises en réseaux et les nouvelles modalités de production du savoir.
L'édition 2016 du CiDE (CiDE.19) souhaite encourager le débat entre les différentes communautés intéressées par la question du document numérique et sa place dans l'émergence d'une nouvelle culture. À cette fin, différentes dimensions peuvent être mobilisées : historique, économique, sémio-pragmatique, technique, sociale, ou encore culturelle.

SOUMISSION

cide19

Vers une épistémè numérique?
19ème Colloque International sur le Document Électronique
24-26 Novembre 2016, Salle Gisèle Vivier à l'Institut Français d'Athènes, Grèce

Modalités de sélection
La sélection des articles est faite après une double évaluation à l'aveugle, d'une version complète de l'article proposé.
La langue de communication est le français et l'anglais (pas de traductions simultanées).

Consignes de rédaction
<Soumission>

Calendrier
Date limite de soumission : 30 juin 2016
Notification aux auteurs : 30 juillet 2016
Article définitif : 15 septembre 2016
Colloque 24-26 Novembre 2016

Publication des actes du colloque
Les actes du colloque seront publiés aux éditions Europia (http://europia.org/edition/livres/doc/CatDoc.htm)
Seuls seront publiés les articles présentés par leur(s) auteur(s) lors du colloque.

Instruction aux auteurs
Les propositions sont attendues avant le 12 juin 2016. Elles doivent être rédigées sous forme d'article, en français ou en anglais, d'une longueur maximale de 30 000 caractères (espaces compris). 
Pour cette soumission, les auteurs veilleront particulièrement à respecter l'anonymat des propositions, celles-ci ne doivent contenir que le titre de la proposition, le résumé et les mots-clés, le corps de leur article (aucune référence ne doit permettre aux évaluateurs de reconnaitre l'identité du ou des auteurs) et les références bibliographiques. Le dépôt des propositions est à effectuer via la rubrique "dépôts des articles".
Les propositions sont évaluées en double aveugle, une notification est envoyée aux auteurs le 15 juillet 2016.

Dépôt de la version définitive
Les propositions retenues sont à déposer dans leur version finale au plus tard le 05 septembre 2016. Celles-ci doivent impérativement tenir compte des éventuelles remarques des évaluateurs. Les auteurs sont invités à suivre scrupuleusement les normes de rédaction de l'éditeur Europia, téléchargeables dans les formats suivants : ODT, DOC, PDF.

Inscription au colloque
Les inscriptions au colloque sont obligatoires (pour au moins un auteur en cas de co-écriture) et doivent être complétées avant le 10 septembre 2016. Seuls seront publiés les articles présentés par leur(s) auteur(s) lors du colloque.

Soumission

cide19

Vers une épistémè numérique?
19ème Colloque International sur le Document Électronique
24-26 Novembre 2016, Salle Gisèle Vivier à l'Institut Français d'Athènes, Grèce

PROGRAMME PROVISOIRE

Jeudi 24 novembre 2016

14h00 - Ouverture du colloque (Khaldoun Zreik, Stéphane Chaudiron, Ioannis Kanellos)

14h30 - Conférence invitée : Seth van Hooland (Université libre de Bruxelles) Evaluation critique de l’usage du Topic Modeling et l’extraction d’entités nommées pour l’exploration des fonds d’archives historiques
Résumé : Ces dernières années ont vu la numérisation en masse, par de nombreuses institutions, de divers fonds d’archives. Cette tendance offre des perspectives intéressantes pour faire évoluer à la fois les méthodes de recherche quantitatives et qualitatives pour les historiens. Par contre, le manque de métadonnées constitue souvent un frein pour l’exploration de ces grand volumes de textes non-structurés. Malgré la popularité du concept du “distant reading”, introduit par Franco Moretti avec son ouvrage “Graphs, maps and trees” (2007), l’exploration automatisée de fonds d’archives numérisés soulève à la fois des questions conceptuelles et opérationnelles importantes. Sur base d’un fonds d’archives de la Commission Européenne, cette intervention propose une analyse critique des possibilités et limites de l’usage du Topic Modelling et de l’extraction d’entités nommées pour les archives historiques.

Seth van Hooland est professeur à l’Université libre de Bruxelles (ULB) où il est président du Master en Sciences et Technologies de l’Information. Ses travaux de recherche actuels portent sur l’automatisation de la gestion documentaire et le records management. Il a également enseigné à la i-School de la University of Washington et au département Biblioteconomía y Documentación de la Carlos III à Madrid

15h30- 16h00 Pause Café

16h00-17h30 Session 1

Francis Beau (DeVisu - UVHC) - Aristote et l’épistémè numérique : une affaire de sens
Résumé : En plein cœur d’une révolution numérique qui bouscule profondément des usages patinés par plusieurs millénaires d’une pratique épistémique ininterrompue, le document nous semble devoir être un sujet essentiel de réflexion théorique, pour faire face aux dangers d’une technicité mal maîtrisée et ancrer les sciences de l’information et de la communication dans une épistémè délibérément moderne. Tout d’abord simple outil d’acquisition des connaissances dans une mémoire de masse (système d’information) avec les débuts de l’imprimerie, puis instrument de diffusion du savoir (communication) à la période classique, le document semble en effet pleinement donner corps au concept foucaldien d’épistémè dont la traduction moderne suscite encore bien des interrogations. Le recours à la notion d’épistémè aristotélicienne peut permettre de redonner du sens à cette période moderne en s’intéressant au rôle du document numérique dans un système d’information au regard du processus de construction de sens dans une mémoire collective.

Beatrice Micheau (Laboratoire GERIICO) - La notion d’archive chez Foucault et la qualification des savoirs et de leurs textes au temps du numérique : le cas de collégiens et de leurs enseignants.
Résumé : Si le document est le lieu d’inscription des savoirs et de leurs textes, ainsi que celui de la désignation de leur valeur, les transformations du document et des dispositifs documentaires par le numérique changeraient les processus de qualification et de disqualification des savoirs, de leurs textes, et de leurs pratiques. La question est alors de mesurer cette transformation pour comprendre à quel point elle contribuerait à la naissance d’une éventuelle épistémè numérique. À partir d’une étude ethno-sémiotique des pratiques ordinaires de la production et du partage des savoirs dans deux collèges français, il apparaît que, plutôt que de pouvoir affirmer la naissance d’une nouvelle épistémè, le numérique serait, dans un premier temps, une reconfiguration des manières d’inscrire et de reconnaître la valeur des savoirs et de leurs textes, de nouvelles formes de visibilité de l’archive, telle qu’a pu la définir Michel Foucault, mais ceci dans l’héritage de notre culture écrite et en lien avec les lieux de savoirs institués.

Gabriela Violeta Athea (UFR Lettres, Université de Brest) - De la connaissnce et du sens lors du passage au numérique
Résumé : Un principe originel qui sous-tend tout processus de réflexion est qu’en toute circonstance il faut se donner un lieu, un cadre, un espace circonscrit et opérationnel pour situer et penser l’objet d’analyse. On peut même soutenir qu’il n’y a jamais d’objet tout seul sans contexte, jamais non plus de contexte qui peut être pensé sans objet. À ce niveau de généralité, l’accord est bien sûr encore facile et notre objet à nous, le document numérique, ne dérogerait pas à ce principe. Dans les lignes qui suivent, nous présenterons, dans un premier temps, le contexte qui nous permet de penser, dans un deuxième temps les objets qui le construisent. Ensuite, nous allons vérifier de quelle manière et dans quelle mesure, la numérisation renouvelle le concept d'épistémè en tant que connaissance structurée. Si la plupart des travaux adoptent des points de vue centrés tantôt sur le « sujet » en tant qu’utilisateur, tantôt sur l’« objet », faisant appel à une vision atomiste, nous proposerons une approche tricéphale, qui insiste sur les pratiques interprétatives qui s’articulent autour de l'élément central : le sens de nos connaissances.

Vendredi 25 novembre 2016

9h00 - Conférence-Atelier : Jacques Ducloy (Loria, Nancy) Expérimenter l'épistémè numérique avec ISTEX
Résumé :Dans le monde numérique mondialisé, Wikipédia est une construction collaborative de millions d'articles scientifiques par des millions de contributeurs. Réciproquement, les réservoirs tels qu'ISTEX mettent des millions de textes scientifiques, écrits par des millions d'auteurs à la portée de millions de chercheurs et de partenaires de la recherche. Le projet LorExplor cherche à associer étroitement ces deux « modalités de production et de consommation des connaissances ». Nous proposons ainsi un cadre pour expérimenter le concept d'épistémè à l'ère du numérique. Nous présenterons les particularités de notre approche avec son réseau de wiki sémantiques associé à un ensemble de composants logiciels de manipulation de corpus. A titre d'exemple, nous nous appuierons sur une exploration de la plateforme ISTEX à partir des articles qui font référence à l'épistémè.
Modalités d'organisation de l'atelier : accompagner la présentation d'une véritable possibilité d'expérimentation par les participants à CIDE... (avant sur le wiki, pendant et présentiel et après)

Jacques Ducloy est ingénieur CNRS en retraite. Ancien directeur d'un GS CNRS ayant pour mission la valorisation des logiciels issus de la recherche. Puis à l'INIST, ancien responsable informatique puis au niveau des services des bases Pascal et Francis. Fondateur du réseau Wicri.

10h00- 10h30 Pause Café

10h30-12h00 Session 2

Florence Rio (Laboratoire GERIICO - Université Lille III) - Un espace documentaire augmenté : le savoir à portée de tablette
Résumé : Cet article s’intéresse à l’augmentation hypertextuelle numérique d’un livre comme moyen de médiatisation du patrimoine par la construction d’un dispositif de médiation. Notre propos se concentre sur la partie documentaire d’un ouvrage augmenté et il ne s’agira pas ici de questionner l’usage de ce dispositif mais de proposer une réflexion quant la construction hypertextuelle d’un espace documentaire communicationnel qui modifie les contours de l’objet-livre.

Edwige Pierot (Université Aix-Marseille) - Epistémè numérique : proposition d'un modèle d'organisation des connaissances pour les humanités numériques
Résumé : L’étude des interfaces de bibliothèques numériques met en évidence la place qu’occupent les mécanismes d’organisation des connaissances dans l’environnement du web tandis que l’examen des technologies qu’elles mobilisent met en lumière l’articulation de fonctions homogénéïsantes et interactives. Constatant la nature modulaire et collaborative des environnements numériques, nous avons pu montrer, dans une logique répondant aux « humanités numériques » que l’émergence d’une épistêmê numérique passe invariablement par l’interaction entre des structures documentaires et des communautés d’usagers au sein d’architectures modulables conçues pour supporter des instruments cognitifs. Dans cet environnement, la disponibilité des outils, technologies et savoirs sont exposés comme condition sine qua non à la construction d’intéropérabilités sémantique et épistémique.

Lorraine Tosi and Aurélien Bénel (Université de Technologie de Troyes) - L'authenticité à l'épreuve du numérique - Le cas des cahiers de laboratoire
Résumé : S'intéresser à la question de l'authenticité des documents numériques revient à s'interroger sur le statut des connaissances de notre époque. Si, à première vue, on pourrait croire que l'épistémologie s'occupe d'abord de vérité, ce serait négliger son rapport à l'authenticité.
Comme chacun sait, il n'y a pas de production scientifique sans références bibliographiques, mais c'est plus particulièrement dans les Sciences de l'Homme et de la Société que le recours au document prend toute son importance : le sociologue recueille des témoignages, le linguiste, des formes attestées, le philologue, des testimonia, l'historien, des sources. Tous, à la suite de Dilthey (et dans la tradition herméneutique initiée par Origène), montrent qu'il est possible de développer une pratique scientifique en prenant pour matériaux des discours d'hommes et de femmes, pourtant parfaitement subjectifs, à condition de les considérer non pas comme des descriptions exactes d'une réalité, mais justement comme des discours, sans prétention à la vérité, et dont seule l'authenticité doit nous importer (Bénel et Lejeune, 2009). Pour autant, établir l’authenticité d’un document numérique ne va pas de soi. La plupart des indices que relevaient les historiens et les philologues à l’intérieur des documents anciens n’existent plus dans les documents créés de manière numérique (Iacovella, 2007). Pour le numérique, la preuve d’origine est externe. L’horodatage certifié et la signature numérique nécessitent un tiers de confiance et l’exécution d’un algorithme. Cette preuve, si elle est incomparablement plus sûre, est aussi beaucoup plus fragile sur le long terme. La gouvernance de cette confiance envers les tiers, assez oligarchique, est de plus en plus remise en question. La complexité des algorithmes doit régulièrement être revue à la hausse pour faire face à l’augmentation des moyens de calcul. Par ailleurs, contrairement aux indices philologiques qui pouvaient être découverts a posteriori, ces preuves numériques d’origine doivent être mises en place au moment de la production des documents. Or, trop souvent incompris par les producteurs de documents, contraignants à utiliser et coûteux à mettre en place dans une organisation, ces dispositifs ne sont guère utilisés que là où ils représentent des « gains de productivité » (réponses à appel d'offres, factures, déclarations fiscales, bulletins de paye...). L'incapacité de tous nos autres « documents » numériques à devenir des documents au sens fort pourrait nous faire douter que les générations futures puissent écrire l'histoire de notre époque (Iacovella, 2007). Face à cette question, un peu étourdissante, le sujet des cahiers de laboratoire numérique fournit un champ d'expérimentation, certes beaucoup plus modeste, mais cependant emblématique puisque combinant la constitution de documents authentiques et la pratique scientifique.

12h00- 14h00 Pause Repas

14h00-16h00 Session 3

Geoffroy Gawin (Laboratoire GERIICO, Université Lille III)) Les processus de documentarisation de témoignages d’anciens résistants en musée : vers la constitution d’un patrimoine « local » ?
Résumé : A partir de l’étude de processus de documentarisation de témoignages d’anciens résistants dans un format audiovisuel dans quelques musées en vue de leur exposition, cet article met en relief l’intérêt de garder une trace des médiations réalisées lorsqu’une perspective patrimoniale se greffe au projet de valorisation. Les analyses font aussi ressortir l’importance, lors de la sélection des extraits, que prend la mémoire que les médiateurs ont de leur participation aux expériences de captations. Elles soulignent comment l’utilisation de technologies numériques accentue cette tendance. Elles interrogent enfin sa possible prise en compte dans la définition d’un « patrimoine local » et révèlent par cette proposition, que dans l’épistémè de notre époque, les interprétations de certains documents numériques restent ancrées territorialement.

Viviana Birolli (*1), Mette Tjell (*2) (*1 - Université Paris I ; *2 - University of Gothenburg) - Le patrimoine au prisme des anthologies et des bases de données. L’exemple des manifestes artistiques
Résumé : L’article interroge l’impact des protocoles de recherches numériques sur notre rapport aux archives documentaires du domaine artistique du XXe siècle, à partir d’un cas d’étude spécifique : le manifeste artistique et littéraire. À partir d’une comparaison entre les anthologies papier consacrées au genre et la base de données Manart – du point de vue de leur organisation interne, des usages qu’elles induisent et de la forme de matérialité documentaire qu’elles proposent – l’article s’attache à déterminer les logiques qui sous-tendent leur légitimité respective et à en évaluer les implications épistémiques sur nos modalités de construction d’un savoir. Si le geste de sélection constitutif de toute anthologie de manifestes véhicule une lecture linéaire et téléologique des évolutions du genre, l’organisation horizontale et la nature collaborative de la base de données favorisent la construction d’une histoire transdisciplinaire ouverte et multiple. L’article questionne notamment le poids des nouvelles méthodes de recherche rendues possibles par le numérique dans l’émergence de logiques inédites de légitimation d’un savoir fondé non plus sur l’expertise d’un spécialiste, mais sur l’objectivité prétendue des approches quantitatives. Interroger ces méthodes de recherche équivaut dès lors à se demander dans quelle mesure l’élaboration d’une nouvelle épistémè numérique marque non seulement une redéfinition structurelle des archives et statutaire des documents, mais aussi un basculement des cadres disciplinaires des sciences humaines.

Jean-Charles Lamirel (INRIA projet TALARIS - LORIA) - Vers une interprétation diachronique du contenu de corpus de données numériques : application à l’étude de l’évolution des données scientifiques en ligne
Résumé : Dans cet article, nous proposons tout d'abord un état de l'art des méthodes pour la visualisation et l'interprétation des données textuelles, et en particulier des données scientifiques. Nous présentons ensuite nos contributions à ce domaine, sous la forme de méthodes originales pour la classification automatique de documents et l'interprétation facile de leur contenu grâce à des mots-clés caractéristiques et à des classes créées par nos algorithmes. Dans un second temps, nous focalisons notre analyse autour des données évolutives dans le temps. Nous détaillons notre approche par diachronie, particulièrement appropriée à la visualisation des évolutions thématiques. Cela nous permet de conclure en présentant (@Anonymous), un outil de destiné à l'exploration visuelle des données textuelles évolutives.

Thierry Pellé (*1), Bernard Jacquemin (*2), Eric Kergosien (*1), Charlotte Tournier (*1) et Séverine Tarantino (*1) (*1 HALMA ; *2 Laboratoire GERIICO, Université Lille III) - Encodage structurel et ré-éditorialisation
Résumé: Le projet pluridisciplinaire TALIE est dédié à la valorisation de la tradition des œuvres de l’Antiquité gréco-romaine telle qu’elle est représentée dans les fonds anciens ou patrimoniaux des bibliothèques de la région Nord-Pas de Calais-Picardie, sous la forme des manuscrits portant ces œuvres, mais aussi des éditions anciennes qui en ont été données, la plupart du temps avec des commentaires, ainsi que de leurs traductions. Dans cet article, nous présentons une approche semi-automatique pour l’édition numérique du commentaire monumental de l’œuvre de Virgile par Juan Luis de La Cerda. Ce commentaire est en train d’être redécouvert, mais il est difficilement exploitable dans son format d’origine : organisé en trois niveaux (sujet, explication littérale, notes érudites), riche de très nombreuses références à d’autres textes, il appelle une lecture dynamique que seule une édition numérique est à même de proposer. Concernant la phase d’annotation sémantique, nous nous appuyons sur le langage de balisage de contenu XML-TEI et nous décrivons les choix de marquage réalisés en accord avec les experts philologues participant au projet.

16h00- 16h30 Pause Café

16h30-17h30 Pannel I (animateur Ioannis Kanellos, Telecom Bretagne)

Samedi 26 novembre 2016

9h00 - Session 4

Dominique Cotte - (Laboratoire GERIICO) Le concept d’œuvre ne (se) chante pas. Réalisme et nominalisme dans la modélisation FRBR des données musicales.
Résumé : En mettant au cœur de la réflexion la notion « d’œuvre », les entreprises de modélisation des œuvres de l’esprit ouvrent une discussion sur la façon dont ces constructions langagières que sont les catalogues font « exister » ou non les œuvres, en fonction de la façon dont elles sont appréhendées et décrites. Ainsi, des préoccupations d’ordre professionnelles renvoient à des problématiques philosophiques anciennes, opposant « réalistes » et « nominalistes ».

Gilles Sahut et Guillaume Carbou (LERASS, Université de Toulouse) - Tensions éditoriales et pluralité épistémique au sein d’une encyclopédie collaborative
Résumé : Cet article propose d'éclairer les conflits d'édition entre contributeurs de l'encyclopédie en ligne Wikipédia grâce au concept de « régime épistémique ». Dans un premier temps, nous identifions les principales tensions entre contributeurs sur les pages de discussion concernant des articles controversés de Wikipédia (« race humaine » et « OGM »). Dans un second temps, nous proposons de distinguer dans ces discussions quatre régimes épistémiques divergents, c'est-à-dire quatre manières singulières de concevoir la validité d'un savoir. La relecture des conflits à la lumière de cette pluralité épistémique permet alors de saisir une partie des raisons qui sous-tendent les difficultés de constitution de ce type de document collaboratif.

Florence Thiault (Université Lille III) Les Learning Centres, un nouveau modèle d’accès et de production des savoirs
Résumé : Les Learning Centres permettent de bénéficier d’équipements et de ressources renouvelées et proposent des facilités d’usage à distance de façon à offrir une accessibilité maximale. De quelle manière le numérique modifie les modalités de production et de diffusion de connaissances ? Dans une perspective sociotechnique, nous interrogeons les pratiques des dispositifs numériques en observant les formes d’appropriation et les modes d’instrumentation par les différents acteurs. La dimension pédagogique et recherche de ces nouveaux espaces documentaires renouvelle l’accès au savoir

10h30- 11h00 Pause Café

11h00-12h00 Pannel II | Clôture (Khaldoun Zreik, Stéphane Chaudiron, Ioannis Kanellos)

cide19

Vers une épistémè numérique?
19ème Colloque International sur le Document Électronique
24-26 Novembre 2016, Salle Gisèle Vivier à l'Institut Français d'Athènes, Grèce


Formulaire d'enregistrement

Veuillez remplir le formulaire suivant :
(*) champ obligatoire

* Nom, Prénom :
Organisme :
* Adresse :
* Code / Ville :
* Pays :
Tel . :
Mob. :
Fax :
* e-mail :
URL :

Modalités de règlement

Tarifs pour une inscription avant le 10 septembre 2016 :
Académique / Professionnel: 200 euros TTC
Etudiant : 140 euros TTC
Tarifs pour une inscription après le 10 septembre 2016 :
Académique / Professionnel: 280 euros TTC
Etudiant : 200 euros TTC
Ces tarifs comprennent:
• la participation au colloque
• 1 copie des actes du colloque
• les repas de midi (le 24 et 25 novembre 2016)
• les pauses café
• le diner Gala le 25 novembre 2016

Règlement par cartes bancaires, seules Visa et Master Card sont acceptées
• Veuillez indiquer le numéro de votre carte :
• Veuillez indiquer la date de validité de la carte :
Europia productions – colloque CiDE.19
15 avenue de Ségur, 75007 Paris, France.
e-mail : cide@europia.org
Tel. +33 1 45 51 26 07
Règlement par bon de commande (organismes publics))
Le bon de commande devra être libellé au nom de :
Europia productions – colloque CiDE.19
15 avenue de Ségur, 75007 Paris, France.
e-mail : cide@europia.org

Veuillez joindre une copie du présent bulletin d'inscription avec le bon de commande.
Réglement par chèque
Le cheque devra être joint au bulletin d'inscription et établi a l'ordre de Europia Productions
Bien mentionner votre nom et la référence CiDE.19 au dos du cheque.
Europia Productions, 15 avenue de Ségur, 75007 Paris, France.

cide19

Vers une épistémè numérique?
19ème Colloque International sur le Document Électronique
24-26 Novembre 2016, Salle Gisèle Vivier à l'Institut Français d'Athènes, Grèce

Les colloques CiDE

Depuis 1998, CIDE propose un cycle de manifestations scientifiques sur le thème du document électronique, avec pour objectif de confronter les points de vue des différentes disciplines concernées par sa conception et ses usages et de diffuser les derniers résultats de la recherche académique et industrielle. Les caractéristiques apparemment très diverses des documents électroniques qui circulent sur le web et dans les institutions témoignent de la diversité des activités intellectuelles dont ils sont à la fois la résultante et le support. Mais derrière cette diversité apparente, les colloques CIDE visent à dégager un certain nombre d’invariant qui caractérisent les supports documentaires, les formes d’expression, les pratiques de communication, …

Comité permanent des colloques CIDE

Ghislaine Azémard, Université Paris 8, France
Jean Caelen, CLIPS-IMAG, Grenoble, France
Stépane Chaudiron, Université Lille 3, France
Jacques Ducloy, DRRT Lorraine, France
Patrice Enjalbert, Université de Caen, France
Mauro Gaio, Université de Pau, France
Joël Gardes, Orange Lab, France
Jean-Luc Hainaut, Université de Namur, Belgique
Maryvonne Holzem, Université de Rouen, France
Madjid Ihadjadene, Université Paris 8, France
Peter King, Université de Manitoba, Canada
Jacques Labiche, Université de Rouen, France
Abderrazak Mkadmi, Université de la Manouba, Tunisie
Mustapha Mojahid, Université de Toulouse Le Mirail, France
Ghassan Mourad, Université Libanaise, Liban
Céline Paganelli, Lerass-Ceric, Université Paul-Valéry, France
Giovanni de Paoli, Université de Montréal, Canada
Mahammed Ramdani, Université Mohamed V, Maroc
Jean-Pierre Raysz, Jouve, France
Jean Marc Robert, Ecole Polytechniques – Université de Montréal, Canada
Zaidi Sahnoun, Université de Constantine, Algérie
Maurice Szmurlo, Orange, France
Loïc Thomazo, Orange, France
Eric Trupin, Université de Rouen, France
Christophe Turbout, Université de Caen, France
Jacques Virbel, Université de Toulouse Le Mirail, France
Jean Vivier, Université de Caen, France
Christine Vanoirbeek, EPFL, Suisse
Manuel Zacklad, CNAM-Paris, France
Khaldoun Zreik, Université Paris8, France (coordinateur)

 

Les précédents colloques CiDE

CiDE.18 – Documents et dispositifs à l'ère post-numérique

cide18

Organisé le 18 - 20 novembre 2015 à l'université Paul-Valéry, Montpellier. Les dix-neuf contributions de ces actes s'organisent autour des thématiques suivantes qui sont autant d'axes de réflexions sur ces questions. En guise d'ouverture de ce colloque, Evelyne Broudoux nous invite, en s'appuyant sur une présentation du contexte actuel de la documentation numérique, à envisager le document comme espace de relations, de réception des traces de collaboration et à questionner les pratiques d'écrilecture. La première partie du présent ouvrage s'organise autour de trois chapitres qui abordent les documents du point de vue de l'écriture numérique. Au-delà des aspects techniques et des innovations logicielles évoquées ici, ces contributions sont également l'occasion de discuter de leur place dans l'environnement documentaire numérique et plus largement de questionner la pertinence du concept de post-numérique. La deuxième partie, intitulée « dispositifs de médiation culturelle et scientifique», regroupe cinq contributions qui envisagent les documents au sein de dispostifis info-communicationnels à visée de médiation culturelle ou scientifique. C'est le point de vue de la conception et de l'éditorialisation qui est privilégié ici et qui est l'occasion de réinterroger la notion de document numérique. Les cinq chapitres de la troisième partie abordent la question de l'organisation des connaissances au sein de documents et dispositifs numériques en s'intéressant plus spécifiquement à l'extraction des connaissances, à leur indexation comme aux moyens permettant de les capitaliser en vue de la construction et l'émergence de mémoires collectives. Enfin, dans une quatrième partie, les cinq dernières contributions envisagent le document numérique comme espace de relations et de médiations. C'est sous l'angle des usages et des pratiques que sont abordées les mutations de l'environnement numérique documentaire. A travers la richesse et la diversité des chapitres présents dans les actes de cette 18ème édition de CIDE, nous est donnée l'occasion de discuter les documents et dispositifs info-communicationnels à l'ère post-numérique sous l'angle de réflexions théoriques, de revues de littérature, d'études de cas ou encore de projets applicatifs ou expérimentaux.
Organisateurs : Céline PAGANELLI, Stéphane CHAUDIRON, Khaldoun ZREIK

CiDE.17 – Livre post-numérique : historique, mutations et perspectives

Organisé le 19-20 Novembre 2014 à Fès, Maroc. La dix-septième édition du colloque international sur le document électronique (CiDE.17) s'intéresse au « Livre post-numérique » et prend acte du précédent constat pour revoir des questionnements fondamentaux, tels que :
• l'objet livre se détache-t-il radicalement de son support papier ?
• les pratiques traditionnelles de lecture et d'écriture laissent–elles la place à des nouvelles expériences de consultation ?
• les interfaces font elles évoluer, limiter, révolutionner, … la construction sémantique de l'information ?
• … les perspectives
Le « Livre post-numérique » voudrait ainsi reposer la problématique de l'objet livre à l'ère du numérique.
Organisateurs : Khaldoun Zreik, Ghislaine Azemard, Stéphane Chaudiron,Gaétan Darquié

CiDE.16 – Dispositifs numériques : contenus, interactivité et visualisation

CouvCIDE16

Organisé le 21 et 22 novembre 2013 à la Maison de la Recherche à Lille. Poursuivant ses travaux entamés depuis 15 ans sur les mutations du document électronique, l’édition 2013 du Colloque International sur le Document Électronique portera sur les questions de production et de réception des documents visuels interactifs. Ces documents, implémentés dans des dispositifs tels que les livres numériques interactifs, les serious games, les jeux vidéos, les tablettes tactiles interactives, les outils de visualisation de l’information et de cartographie dynamique…, ont en commun de permettre l’accès à différents types d’informations, scientifiques, culturelles, pédagogiques, ludiques, etc.
Organisateurs : Madjid Ihadjadene, Manuel Zacklad, Khaldoun Zreik

CiDE.15 – 15ème édition du Colloque International sur le Document Electronique

CouvCIDE15

“Métiers de l’information, des bibliothèques et des archives à l’ère de la différentiation numérique” – 1,2,3 Novembre 2012 – Tunis, Tunisie. CiDE.15 s’est fixé pour objectif de valoriser les recherches sur les métiers de l’information à l’ère du numérique et plus particulièrement ceux du web et des technologies qui s’imposent dans tous les services offerts par les centres d’information : numérisation, gestion du cycle de vie des documents, pérennité des documents numériques, métadonnées, indexation sociale (folksonomies et ontologies), wikis (web inscriptible), diffusion sélective de l’information (flux RSS et Atom), réseaux sociaux, blogs, Etc. Ainsi, plusieurs défis se dressant sur le chemin des métiers de l’information peuvent être identifiés :
– Des défis financiers liés à l’investissement dans les technologies et leur mise en place ;
– Des défis professionnels liés à la formation et à la maîtrise des applications technologiques capables d’offrir des services innovants dans les bibliothèques et centres d’information.
Organisateurs : Mostapha Bellafkih, Joel Gardes, Mohammaed Ramdani, Khaldoun Zreik

CiDE.14 – Le “Document” à l’ère de la différenciation numérique

  

Organisé par le 7-8 décembre 2011 à l’INPT, Rabat, Maroc. Le document numérique a conservé sa vocation historique de communication de connaissances (document venant de doceo, docere : communiquer pour enseigner). Mais désormais, le document, devenu multi[media, modal, lingue, culturel, …] (pardon pour cette pseudo écriture), n’est plus qu’une instance dépendant du contexte de la communication. C’est la raison pour laquelle nous avons proposé de parler d’ère de la différenciation numérique pour cette édition de CIDE. L’information se comporte comme une cellule souche en biologie, évolue en autant de présentations fonctionnelles qu’il y a d’usages et de contextes. Ceci ouvre la voie à de vastes champs de recherche qui, on peut le parier, nous mènent aux frontières des théories de l’information actuelles en nous faisant découvrir les limites de tous nos modèles de documents. En effet, la présentation de l’information devient relativisée aux contextes d’utilisation et de personnalisation du contenu.
Organisateurs : Mostapha Bellafkih, Joel Gardes, Mohammaed Ramdani, Khaldoun Zreik

CiDE.13 – Document numérique entre permanence et mutations. 

Organisé le 16-17 décembre 2010 à l’INHA Paris. CiDE.13 a dégagé un certain nombre d’invariant caractérisant les supports documentaires, les formes d’expression, les pratiques de communication. Organisé par Paragraphe (Université Paris8) et le DICEN (CNAM)
Organisateurs : Madjid Ihadjadene, Manuel Zacklad, Khaldoun Zreik

CiDE.12 – Patrimoine 3.0.

Organisé du 21 au 23 Octobre 2009, à l’Université de Montréal, Canada. CiDE.12 a pour objectif de présenter des travaux et d’animer des réflexions prospectves sur les patrimoines dans une problématique de Web 3.0. Ces champs couvrent tous les supports, contenus, travaux et créations liés aux patrimoines numériques, numérisés ou numérisables.
Organisateurs : Khaldoun Zreik, Giovanni De Paoli, Ghislaine Azémard

CiDE.11 – Interaction et usages autour du document numérique.

Organisé du 28 au 31 octobre 2008 à Rouen, France. CIDE’11 s’est attaché a la notion de < consommation > de documents qui introduit un point de vue différent de celui de production qui n’est symétrique qu’a premiere vue. CIDE’11 veut appuyer les aspects d’interdisciplinarité propres a CIDE ” Car a quoi serviraient tous les savoirs parcellaires sinon a etre confrontés pour former une configuration répondant a nos attentes, a nos besoins et a nos interrogations cognitives ? ” (E.Morin). Cide’11 souhaite inviter ses contributeurs a une réflexion sur les usages en considérant que le document numérique est dynamique (meme actif) pour les échanges au sein de pratiques culturelles et sociales qui normalisent autant sa production que l’interprétation de ses contenus.
Organisateurs : Maryvon Holzem, Eric Trupin

CiDE.10 – organisé du 2 au 4 juillet 2007 a Nancy, France.

Pour sa dixieme édition le theme retenu pour CiDE était le document numérique dans le monde de la science et de la recherche. En effet, le monde scientifique est particulierement touché par cette évolution ou les réflexions sur le rôle fondamental de l’information scientifique dans la nouvelle infrastructure de la recherche a l’ere du de l’information électronique sont de plus en plus actives. Le document numérique est omniprésent dans tous les articles ou rapports traitant des nouvelles pratiques scientifiques repérés par des mots-clés tels que “Cyberinfrastructure, e-Infrastructure, e-Science ou e-Recherche”.
Organisateurs : Jacques Ducloy, Khaldoun Zreik

CiDE.9 – Organisé du 22 au 23 septembre 2006, dans le cadre du SDN’06. Fribourg, Suisse

CiDE’9 a abordé le document numérique en tant que vecteur de communication à l’ère du déploiement des techniques de gestion d’information basées sur l’Internet. Il vise à débattre de sa production et son usage, liés à des situations organisationnelles, contraints par des pratiques professionnelles et ancrés dans des habitudes sociales. Si les environnements technologiques, de plus en plus sophistiqués et élaborés, ouvrent de nombreuses perspectives il n’en subsiste pas moins qu’une utilisation judicieuse, en accord avec l’évolution des pratiques des utilisateurs et leur acceptation des technologies, constitue actuellement un défi d’envergure.
Organisateurs : Christine Vanoirbeek, Khaldoun Zreik

CiDE.8 – “Le Multulinguisme”  du 22 au 25 mai, 2005 au CCF,Beyrouth, Liban

Quatre laboratoires universitaires ont collaboré étroitement a l’organisation de cette manifestation : le GREYC (UMR 6072 CNRS – Université de Caen), le PPF Modescos (Université de Caen), le LaLICC (Université de Paris IV Sorbonne) et le PSI (Université de Rouen, INSA de Rouen). CiDE.8 avait comme objectif de resserrer les liens entre l’ingénierie documentaire et l’ingénierie linguistique tout en considérant les différentes dimensions des documents électroniques a savoir : cognitive, structurelle et technologique. CIDE.8 a donné un intéret particulier aux themes relatifs a la question du multilinguisme dans la conception et la perception du document.
Organisateurs : Ghassan Mourad, Khaldoun Zreik

CiDE.7 – Approches sémantiques pour le document électronique, du 22/25 juin 2004 à La Rochelle, France

(organisé dans la cadre de la Semaine du Document Numérique par le GREYC-Université de Caen, le laboratoire paragraphe-Université de Paris 8, le LIUPPA-Université de Pau) concerne la mise en avant du sens. Elle a en effet longtemps été regardée avec beaucoup de scepticisme au profit de traitements dits de surface, s’attachant a la forme par opposition au contenu. Cette perception est en train de changer. Des progres significatifs ont été réalisés au cours des dernieres années, d’abord sur le document textuel (extraction d’informations, question answering, résumé automatique…), puis relayés de plus en plus dans les autres médias (extraction d’information et indexation de documents sonores et vidéo par le contenu, résumé d’oeuvres…). Par ailleurs, les travaux déployés autour du theme du web sémantique visent a décrire le contenu des documents ou ressources de toutes sortes de maniere a les rendre accessibles et interopérables.
Organisateurs : Patrice Enjalbert, Mauro Gaio

CiDE.6 – La plurimodalité et le multimédia, Organisé à l’université de Caen, France (2003)

(organisé par le GREYC-Université de Caen) concerne les méthodes pour traiter de la plurimodalité et du multimédia. Ces méthodes trouvent leurs sources dans l’ingénierie du document et certains domaines des sciences humaines et de la psychologie. Ces disciplines contribuent par des modeles, des traitements automatiques et des expériences, a l’analyse des différentes modalités d’expression et de leurs relations. L’interaction homme-machine est particulierement concernée par ces themes pour apporter la dimension des usages sur les questions de visualisation, de manipulation et d’acces aux documents électroniques. Parmi les applications qui sont les plus propices a bénéficier des avancées sur les themes de la plurimodalité et du multimédia, on peut citer : la lecture active, les interfaces pour personnes a besoins spéciaux, l’informatique nomade, les systemes de recherche d’information (requetes et visualisation), les tâches documentaires semi-automatisées (indexation, mise a jour des bases de données), l’oralisation des messages visuels, l’assistance a l’édition plurimodale/multimédia, l’organisation de données faiblement structurées.
Organisateurs : Claudie Faure, Jacques Madelaine

CiDE.5 (CIDE’2002) – “Document pédagogique et mobile”. Organisé à Hammamet, Tunisie

(organisé dans le cadre de CDF’02 par le LORIA) concerne l’exploitation du document électronique dans le cadre de l’éducation et la formation. Un intéret particulier a été octroyé aux travaux de recherche visant l’exploitation des documents mobiles dans la mise en oeuvre de systemes éducatifs hybrides tirant parti des technologies émergentes dans le domaine des périphériques “sans fil”.
Organisateurs : Mauro Gaio, Christine Vanoirbeek, Khaldoun Zreik (Editions INRIA)

CiDE.4 ( CIDE2001) – “Document et sciences cognitives”, Toulouse, France

(organisé par l’IRIT) concerne les méthodes, les démarches et les techniques cognitives. En effet, si l’on retient que les sciences de la cognition ont pour objet l’étude des relations de l’esprit humain avec le monde et les autres esprits (dont lui-meme), il apparaît que le document électronique – lieu, support et/ou objet-meme de communication – s’offre comme un terrain privilégié d’investigation, par les sciences cognitives, des différents processus dont ces documents sont l’objet, et des spécificités ouvertes par la modalité numérique. Organisateurs : Mustafa Mojahid, Jacques Virbel

CiDE.3 (CIDE2000) – “Bibliothèques numériques”, Lyon, France 

(co-organisé par le GREYC-Université de Caen et le PSY de l’Université de Rouen) a plus particulierement insisté sur la conception et l’utilisation de systemes d’information documentaire ainsi que sur les aspects dynamiques du document. Les sujets développés ont concerné notamment le cycle de vie du document et ses aspects ergonomiques et perceptifs.
Organisateurs : Mauro Gaio, Eric Trupin

CiDE.2 (CIDE’99) – “Document Électronique Dynamique”, Damas, Syrie

(organisé par le GREYC-Université de Caen et l’Université de Damas) a souhaité que la réflexion porte en priorité sur l’aspect dynamique. Le document devenant en meme temps entité et processus il acquiert, tout a la fois un état achevé mais aussi perpétuellement provisoire, un statut d’entrée autant que de sortie. Il convient désormais de percevoir qu’au travers cette propriété émergente sont a reconsidérer les acquis méthodologiques, techniques, d’usages et de comportements.
Organisateurs : Mauro Gaio, Jerzy Karczmarczuk, Khaldoun Zreik

CiDE.1 (CIDE’98) – Rabat, Maroc

(co-organisé par le GREYC-Université de Caen et l’INPT, Rabat) a porté sur les problemes posés par l’utilisation du document électronique comme outil spécifique dans le processus de communication écrite (que le document électronique soit enjeu ou simple support de cette communication). La réflexion s’est organisée autour de : la nature hétérogene des objets contenus dans le document, la richesse des éléments structurels et leurs contributions a la description du document et enfin la nature du support physique d’inscription.
Organisateurs : Mostapha Bellafkih, Jerzy Karczmarczuk, Jacques Labiche, Mustafa Mojahid, Khaldoun Zreik

 

cide19

Vers une épistémè numérique?
19ème Colloque International sur le Document Électronique
24-26 Novembre 2016, Salle Gisèle Vivier à l'Institut Français d'Athènes, Grèce

CiDE.19 est organisé par : CiTU-paragraphe (Paris 8), GERIICO (Université Lille 3), Telecom-Bretagne (Brest), Institut Régional
de Press (La Canè, Crète) et Université Aristote de Thessalonique (Athènes)

Comité d'Organisation de CiDE.19
Guillaume Besacier, CiTU-paragraphe, Université Paris8, France
Stéphane Chaudiron, Université Lille 3, France (co-président du colloque)
Pergia Gkouskou-Giannakou, Université de la Nouvelle Calédonie/GRIPIC-CELSA, France
Dimitris Gouscos, University of Athens, department of Communication and Media Studies, Grèce
Bernard Jacquemin, Geriico, Université Lille 3, France
Ioannis Kanellos, Telecom-Bretagne, France (co-président du colloque)
Khaldoun Zreik, Université Paris8, France (co-président du colloque)

Comité scientifique de CiDE.19
Bruno Bachimont, Heudiasyc, Université de Technologie de Compiègne, France
Laurence Balicco, Laboratoire GRESEC - Université Grenoble Alpes, France
Jean-Jacques Boutaud, CIMEOS, Université de Bourgogne, France
Nasreddine Bouhai, Citu-Pargraphe, Université Paris 8, France
Evelyne Broudoux, DICEN, CNAM-Paris, France
Michael Buckland, School of Information, University of California, USA
Sylvie Calabretto, INSA-Lyon, France
Etienne Candel, CELSA, Université Paris-Sorbonne, France
Jean Charlet, INSERM (UMR_S 1142), France
Stéphane Chaudiron, Université Lille 3, France
Stéphane Crozat, CASTEC, Université de Technologie de Compiègne, France
David Douyère, PRIM, Université François-Rabelais, France
Jacques Ducloy, LORIA, Université de Lorraine, France
Joël Gardes, Orange Expert Community, France
Malek Ghenima, Ecole Supérieure de commerce de Tunis, Université de la Manouba, Tunisie
Pergia Gkouskou-Giannakou, Université de la Nouvelle Calédonie/GRIPIC-CELSA, France
Dimitris Gouscos, University of Athens, department of Communication and Media Studies, Grèce
Mohammed Hassoun, ENSSIB, France
Maryvonne Holzem, Université de Rouen, France
Madjid Ihadjadene, Université Paris 8, France
Bernard Jacquemin, Geriico, Université Lille 3, France
Ioannis Kanellos, Telecom-Bretagne, France
Omar Larouk, ENSSIB, France
Yves Marcoux, Université de Montréal, Canada
Michel Meimaris, University of Athens, department of Communication and Media Studies, Grèce
Sylvie Merviel, DeVisU, Université de Lille Nord de France, France
Abdelkrim Meziane, Division de recherche DSISM, CERIST, Algerie
Ghassan Mourad, LILAS, Université Libanaise, Liban
Céline Paganelli, Lerass-Ceric, Université Paul-Valéry, France
Jean-Marc Robert, Polytechnique Montréal, Canada
Imad Saleh, Paragraphe, Université Paris 8, France
Brigitte Simonnot, Université de Lorraine, France
Antonis Skamnakis, Aristotle University of Thessaloniki, School of Journalism and Mass Communication, Grèce
Lyne Da Sylva, École de bibliothéconomie et des sciences de l'information, UdM, Canada
Lynda Tamine-Lechani, Irit, Toulouse, France
Christine Vanoirbeek, EPFL, Suisse
Lise Verlaet, Lerass-Ceric, Université Paul-Valéry, France
Khaldoun Zreik, Université Paris8, France

cide19

Vers une épistémè numérique?
19ème Colloque International sur le Document Électronique
24-26 Novembre 2016, Salle Gisèle Vivier à l'Institut Français d'Athènes, Grèce

Adresse IFA
L'Institut français de Grèce à Athènes se situe au 31 de la rue Sina, à Athènes, à proximité du quartier Kolonaki.
Standard téléphonique : +30 210 33 98 600 - fax : +30 210 36 46 873 - Courriel : ifa@ifa.gr

En métro
Arrêt « Panepistimio »

En bus
Arrêt « Akadimia » : plusieurs lignes de bus sont desservies
Arrêt « Didotou » (Lignes : 230, 813, 026, 027)
www.oasa.gr

Visiteurs handicapés
Tous les espaces sont accessibles aux personnes à mobilité réduite

IFA

Contacts CiDE.19

 

 

 

 

cide19

Vers une épistémè numérique?
19ème Colloque International sur le Document Électronique
24-26 Novembre 2016, Salle Gisèle Vivier à l'Institut Français d'Athènes, Grèce

HIS.3 | 3d Hyperheritage International Seminar
(International Conference)

Cultural Heritage Information Design

5-7 May, 2016 | Kerkena, Tunisia

his3

CAC.5 | 5th Computer Art Congress

Digital Art: Archiving and Questioning Immateriality

October 26-28, 2016, MSH Paris Nord, France

cac5

01Design.10 | 10e colloque multidisciplinaire sur la conception et le design

01D10 : Les Temps de la Conception

9 et 10 Novembre 2016 / Grenade Espagne

01D10